Schlagwort-Archive: Französisch

Gaël Faye – Petit Pays

Une feuille et un stylo apaisent mes délires d’insomniaque
Loin dans mon exil petit pays d’Afrique des Grands Lacs
Remémorer ma vie naguère avant la guerre
Trimant pour me rappeler mes sensations sans rapatriement
Petit pays je t’envoie cette carte postale
Ma rose mon pétale, mon cristal, ma terre natale
Ça fait longtemps les jardins de bougainvilliers
Souvenirs renfermés dans la poussière d’un bouquin plié
Sous le soleil les toits de tôles scintillent
Les paysans défrichent la terre en mettant le feu sur des brindilles
Voyez mon existence avait bien commencé
J’aimerais recommencer depuis le début, ouais tu sais comment c’est !
Et nous voilà perdus dans les rues de Saint Denis
Avant qu’on soit sénile on ira vivre à Gisenyi
On fera trembler le sol comme les grondements de nos volcans
Alors petit pays, loin de la guerre on s’envole quand ?

Petit bout d’Afrique perché en altitude
Je doute de mes amours tu resteras ma certitude
Réputation recouverte d’un linceul
Petit pays pendant trois mois tout le monde t’a laissé seul
J’avoue j’ai plaidé coupable de vous haïr
Quand tous les projecteurs étaient tournés vers le Zaïre
Il fallait reconstruire mon petit pays sur des ossements
Des fosses communes et tous nos cauchemars incessants
Petit pays te faire sourire sera ma rédemption
Je t’offrirais ma vie à commencer par cette chanson
L’écriture m’a soigné quand je partais en vrille
Seulement laisse-moi pleurer quand arrivera ce maudit mois d’avril
Tu m’as appris le pardon pour que je fasse peau neuve
Petit pays dans l’ombre le diable continue ses manœuvres
Mais tu veux vivre malgré les cauchemars qui te hantent
Je suis semence d’exil d’un résidu d’étoiles filante

Un soir d’amertume, entre le suicide et le meurtre
J’ai gribouillé ces quelques phrases de la pointe neutre de mon feutre
J’ai passé l’âge des pamphlets quand on s’encanaille
Je ne connais que l’amour et la crainte que celui-ci s’en aille
J’ai rêvé trop longtemps de silence et d’aurore boréale
A force d’être trop sage je me suis pendu avec mon auréole
J’ai gribouillé des textes pour m’expliquer mes peines
Bujumbura, tu es ma luciole dans mon errance européenne
Je suis né y’a longtemps un mois d’août
Et depuis dans ma tête c’est tous les jours la saison des doutes
Je me navre et je cherche un havre de paix
Quand l’Afrique se transforme en cadavre
Les époques ça meurt comme les amours
J’ai plus de sommeil et je veille comme un zamu
Laissez-moi vivre, parole de misanthrope
Citez m’en un seul de rêve qui soit allé jusqu’au bout du sien propre.


Oldelaf & Mr. D. – Le Café

Pour bien commencer ma petite journée
Et me réveiller moi j’ai pris un café
Un Arabica noir et bien corsé
J’enfile ma parka, ça y est je peux y aller

„Où est-ce que tu vas?“ Me crie mon aimée
„Prenons un caoua, je viens de me lever“
Étant en avance et un peu forcé
Je change de sens et reprends un café

À huit heure moins le quart, il faut bien l’avouer
Les bureaux sont vides, on pourrait s’ennuyer
Mais je reste calme, je sais m’adapter
Le temps qu’ils arrivent j’ai le temps pour un café

La journée s’emballe, tout le monde peut bosser
Au moins jusqu’à l’heure de la pause café
Ma secrétaire rentre : „Fort comme vous l’aimez“
Ah mince, je viens d’en prendre, mais maintenant qu’il est fait…

Un repas d’affaire tout près du Sentier
Il fait un temps superbe mais je me sens stressé
Mes collègues se marrent „Détends-toi, René !“
„Prends un bon cigare et un p’tit café !“

Une fois fini, mes collègues crevés
Appellent un taxi, mais moi j’ai envie de sauter
Je fais tout Paris puis je vois un troquet
J’commande un déca, mais re-caféiné

J’arrive au bureau, ma secrétaire me fait :
„Vous êtes un peu en retard, je me suis inquiétée !“
Je la jette par la fenêtre, elle l’avait bien cherché
T’façon faut qu’je rentre, mais avant … un café

Attendant le métro je me fait agresser
Une p’tite vieille me dit : „Vous avez l’heure s’il vous plaît ?“
J’lui casse la tête et j’la pousse sur le quai
Je file à la maison et j’me sert un … devinez

„Papa, mon Papa ! En classe je suis premier !“
Putain, mais quoi ? Tu vas arrêter de me faire chier !
Mais qu’il est con, ce gosse, et en plus il se met à chialer!
Je m’enferme dans la cuisine, il reste un peu de café

Ça fait quatorze jours que je suis enfermé
J’suis seul dans ma cuisine et je bois du café
Il faudra bien qu’je dorme, les flics vont m’choper
Alors je cloue les portes et je reprends du café


HK & les Saltimbanks – On lache rien

Du fond de ma cité HLM
Jusque dans ta campagne profonde
Notre réalité est la même
et partout la révolte gronde
Dans ce monde on avait pas notre place
On avait pas la gueule de l’emploi
On est pas né dans un palace
On avait pas la CB à papa

SDF, chômeur, ouvriers
Paysans, immigré, sans papiers
Ils ont voulut nous diviser
Faut dire qu’ils y sont arrivés
Tant que c’était chacun pour sa gueule
leur système pouvait prospérer
Mais fallait bien qu’un jour on se réveil
et qu’les têtes s’remettes à tomber

On lache rien, on lache rien
on lache rien, ON lache riiiiiien
On lache rien (wallou)
On lache rien (wallou)
On lache rien, on lache rien

Ils nous parlaient d’égalité
et comme des cons on les a cru
Démocratie fait moi marrer
Si c’était le cas on l’aurai su
Que pèse notre bulletin de vote
face à la loi du marché,
C’est con mes chers compatriotes mais on s’est bien fait baiser
Que baise les droits de l’homme face à la vente d’un airbus
Au fond y a qu’une règle en somme
se vendre plus pour vendre plus
La république se prostitue sur le trottoir des dictateurs
Leurs belles paroles on y croit plus,
Nos dirigeants sont des menteurs

C’est tellement con, tellement banal
de parler d’paix, d’fraternité
quand des SDF crève sur la dalle
et qu’on mène la chasse au sans papiers
Qu’on jette des miettes aux prolétaires
Juste histoire de les calmer,
qu’ils s’en prennent pas aux patrons millionnaires
trop précieux pour notre société
C’est fou comme ils sont protégés tout nos riches et nos puissants
Y a pas à dire ça peut aider
d’être l’ami du Président
Chers camarades, chers électeurs,
chers citoyens consommateurs
le réveil à sonné il est l’heure
D’remettre à zéro les compteurs

Tant qu’y a d’la lutte, Y a dl’espoir
Tant qu’y a dl’a vie, Y a du combat
Tant qu’on se bat c’est qu’on est debout
Tant qu’on est debout on lâchera pas
La rage de vaincre coule dans nos veines
maintenant tu sais pourquoi on s’bat
notre idéal bien plus qu’un rêve
Un autre monde, on a pas l’choix


Regina Spektor trifft Jacques Brel – Ne me quitte pas


Down in Bowery
They lose their ballads and their lipped-mouths in the night And stumbling through the street they say „Sir, do you got a light?“
And if you do, then you’re my friend
And if you don’t, then you’re my foe
And if you are a deity of any sort
Then please don’t go
Ne me quitte pas, mon chere

Down on Lexington they walk
In new shoes stuck to aging feet
And close their eyes and open
And not recognize the aging street
And think about how things were right
When they were young and veins were tight
And if you are the ghost of Christmas past
Then won’t you stay the night?
Ne me quitte pas, mon chere

Down in Bronxy Bronx
The kids go sledding down snow-covered slopes
And frozen noses, frozen toes
The frozen city starts to glow
And yes, they know that it will pass
And yes, they know New York will thaw
But if you are a friend of any sort
Then play along and catch a cold
Ne me quitte pas, mon chere

I love Paris in the rain
Down in Paris they walk fast
That is, unless they’re walking slow
And in cafes they look away
That is, unless they look right in
And in the gardens I get lost
That is, unless I’m getting found
And if you are the ghost of New York city
Won’t you stick around?
Ne me quitte pas, mon chere
I love Paris in the rain
Ne me quitte pas


La Caravane Passe (feat. R. Wan) – Zinzin Moretto


La Caravane Passe – Like A Sex Toy


Feloche – La vie cajun

Oh, La vie me joue des tours
Essaie d’me faire la peau
A mon rêve éveiller
Cacher sous mon chapeau.


Neues vom Medienkanzler

Kanzlerblog: So bunt wie das Leben selbst

Rund um den Kabinettstisch

Germanys next Bundeskabinett - ideologiefrei - gesellschaftskritisch - popkulturell

Steffs Musikblog

ein musikalisches Tagebuch

100 Canciones

Musica callejera

dinnerfornoone

not the same procedure as every day

dergrund

Ich bin die andere Seite von dem, was im Lichte ist! Ich bin die innere Stimme, die nicht zu überhören ist. Doch unerhört verhallt - verbannt und unerkannt... Ich bin der Grund, in dem die Wurzeln vordringen, sich verankern: In der Finsternis.

A Perspective Study

Inspiration in Design + Science

Jargs Blog

Blog über Bücher und Medien

Gedacht | Geschrieben | Erlebt | Gesehen

Meine Meinung, meine Erlebnisse, meine Phantasien etc.

Coeva, the novel

by TheCoevas: Musicians of Words / Strumentisti di Parole

Artist Entertainment

Management | Booking | TV-Promotion | Merchandise

The Power Station

heartwork is hard work ...

Pressewessel

Leidenschaften in Bild, Text und Ton

Wegen Spam stillgelegter Hauptblog des GnBK, jetzt: Rund um den Kabinettstisch

ideologiefrei - gesellschaftskritisch - popkulturell

World Music - the Music Journey

A music journey through the world